Abonnement gratuit

2 personnes tiennent le drapeau français en souriant

Des Jeux pour tous… et pour 2024 enfants

À moins de 5 ans des JO, découvrons l’ambition de « 24 pour tous, tous pour 1 », le projet associatif de Guillaume Renoud.

 

À l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, des initiatives individuelles ou collectives commencent à fleurir un peu partout sur notre territoire.

Un véritable élan olympique semble naître, et est amené à se renforcer encore à l’approche de la grande fête du sport. Guillaume Renoud en est un exemple parfait avec « 24 pour tous, tous pour 1 », un projet qui permettrait à 2024 enfants de vivre les Jeux de l’intérieur.

“24 pour tous, tous pour 1” : des Jeux pour 2024 enfants

En effet, son inspiration émerge peu après l’attribution des JO à Paris. Cet ancien judoka bressan imagine alors faire vivre les Jeux à 2024 jeunes français (de 7 à 14 ans) issus de toutes classes sociales et de tous horizons.

C’est donc dans une volonté d’ouverture au plus grand nombre, de mixité sociale et d’échanges culturels que Guillaume Renoud espère pouvoir rassembler cette jeunesse française en 2024 pour les Jeux. À cette occasion ils pourront ainsi apprendre à se connaître, partager et échanger dans un climat fraternel.

Cette brillante idée fondée sur des nobles valeurs n’a pas laissé insensible un bonne cinquantaine de sportifs de haut niveau tels l’athlète Yoann Kowal, la basketteuse Sandrine Gruda ou encore le nageur David Smetanine, qui lui ont apporté leur soutien.

 

Pour réussir son pari, Guillaume Renoud propose de mêler monde sportif et milieu culturel. Puisque des expositions artistiques sont proposées conjointement à des ventes d’objets sportifs appartenant à des athlètes de renom. Au programme également, des défis sportifs et des courses solidaires.

« 24 pour tous, tous pour 1 », par sa richesse morale et éducative, véhicule de surcroît parfaitement l’esprit olympique et a pour vocation de construire des liens forts dans notre société, bien au-delà des considérations sociales et culturelles.

 

Avec de telles valeurs éducatives et cette réelle volonté de partage, on ne doute pas de la réussite d’un tel projet.

 

Gérald Chaput

(Photo © Ch. Renoud – Guillaume Renoud et Mickaël Jérémia, porte-drapeau de la délégation française à Rio en 2016)