Abonnement gratuit

Enfant avec un bonnet de natation, qui se jette dans une piscine en se bouchant le nez

J’ai vu mon enfant se jeter dans le grand bain… de la vie

MAMAN D’UNE ENFANT DE 9 ANS, J’ACCOMPAGNE LA CLASSE DE MA FILLE À LA PISCINE. 28 ÉLÈVES DE CM1 QUI VONT SE JAUGER, SE BRAVER ET S’ENCOURAGER À DÉPASSER LEUR CRAINTE DU GRAND BASSIN… COMME DANS LA VIE !

Aujourd’hui, j’accompagne la classe de ma fille à la piscine. C’est une épreuve pour ces enfants. Et pas uniquement sportive.

L’appel du grand bassin

Direction les vestiaires pour préparer ces demoiselles et enfiler les maillots.

À 9 ans, les corps commencent à se former, la pudeur s’installe… les vestiaires collectifs ne sont pas un moment agréable pour toutes !  C’est la première épreuve sociale : je les incite à ne pas se focaliser sur le regard et les commentaires des autres.

Enfin, tout ce petit monde est prêt.

Se jeter à l’eau ou descendre par l’échelle ?

On se bouscule pour passer devant, tandis que d’autres laissent volontiers leur place. C’est autant de temps de gagner sur la deuxième épreuve sociale : le moment où il faudra se jeter à l’eau !

Parce que c’est bien de cela dont il est question. Chacun se révèle autour de ce grand bassin qui peut faire tellement peur : qui sera décideur ? qui sera suiveur ? qui sera téméraire ?

Un garçon saute sans hésiter dans l’eau. Il termine son parcours sans difficultés, sûr de lui. Le deuxième termine le parcours avec une technique discutable… mais il n’abandonne pas. Lorsqu’il remonte à l’échelle, son sourire est revenu : il a suivi l’exemple de son copain et il s’en est bien sorti. Bravo !

La demoiselle suivante hésite. Doit-elle sauter ? Mais si l’eau est froide ? Son bonnet ne va pas s’enlever, c’est sûr ? Finalement elle se lance : prudente, elle s’assoit et se laisse glisser dans l’eau. Elle fera son parcours doucement, mais jusqu’au bout. Bravo !

Enfant sous l'eau, pouce en l'air
Le grand bain, répétition de la vie

Au bord du bassin, il faut s’occuper. Alors on se juge, on regarde qui a le plus joli maillot, ou la plus chouette montre étanche… Une autre épreuve sociale. Où l’on distingue ceux qui sont tout de suite admis, ceux qui ont plus de difficultés à se fondre dans le groupe. Et ceux qui s’en fichent et qui n’essayent même pas  😉

La maîtresse fait taire les moqueries. Mais les enfants s’encouragent aussi. Par exemple en bravant l’interdiction de quitter la file, pour réconforter la copine qui a bu la tasse.

À la fin du cours, les gamins repartent vers les vestiaires : stimulés, solidaires, enthousiastes. Grandis, quoi.

Voila. Mon enfant a sauté dans le grand bain. Alors pourvu qu’elle ne boive pas trop la tasse dans ce bassin là… mais surtout dans la vie !

Delphine Santini
(photo @Getty ; @Unsplash)